J'ai mal aux yeux

  • Publié le
  • Par Josée Bournival
J'ai mal aux yeux

Les enfants se pressent vers la sortie. Je suis la dernière à passer la porte. Je regarde mes petits et pousse un soupir de désespoir : ma couvée ressemble à un arc-en-ciel psychédélique. Je plaide coupable! Leurs tiroirs sont garnis de vêtements colorés, arborant divers motifs et jamais ennuyeux. Je n’ai jamais cherché à habiller mes […]

Les enfants se pressent vers la sortie. Je suis la dernière à passer la porte. Je regarde mes petits et pousse un soupir de désespoir : ma couvée ressemble à un arc-en-ciel psychédélique.

Je plaide coupable! Leurs tiroirs sont garnis de vêtements colorés, arborant divers motifs et jamais ennuyeux. Je n’ai jamais cherché à habiller mes enfants en mini-adultes. Si ma garde-robe personnelle contient des vêtements neutres et passe-partout, ce n’est pas leur cas. J’aime les imprimés enfantins, les couleurs bonbon, etc.

Lorsque je fais l’acquisition de vêtements pour eux, j’essaye toujours de coordonner un haut et un bas en espérant qu’ils les porteront ensemble. Mais je réalise avec les années que ce doux rêve se réalise rarement.

Mis à part mon aînée, qui du haut de ses 7 ans est plus consciente de l’image qu’elle projette; les autres s’habillent au gré de leur fantaisie. Simone enfile souvent ses vêtements à l’envers et mélange les couleurs à vous en donner mal à la tête. Blanche apprécie la douceur des tissus et les motifs, particulièrement ceux d’animaux. C’est presque gênant de sortir avec elles en public à l’occasion!

J’ai rarement opposé mon droit de veto à leur expression vestimentaire. Simone a fréquenté son CPE avec un legging porté à l’envers, les coutures et l’étiquette se balançant fièrement aux yeux de tous. Blanche accessoirise elle-même sa robe du jour (elle refuse de porter autre chose, c’est à se demander pourquoi je conserve des pantalons ou des shorts dans ses tiroirs). Je lui fais parfois des « recommandations » afin que ce soit plus harmonieux, mais elle n’en fait qu’à sa tête.

Mes enfants n’ont pas non plus de sens critique sur ce qu’il est pertinent de porter en fonction des circonstances. Blanche demande ses robes de princesses pour jouer dans le sable au parc. Les vêtements plus chics sont parfois délaissés lors des grandes occasions au profit d’une tenue que j’aime beaucoup moins.

En fermant la porte à clé, je souris. Quand mes enfants seront grands, je repenserai sûrement à leurs goûts vestimentaires discutables et ça me rendra nostalgique…

Je suis curieuse… laissez-vous vos enfants être leur propre styliste ou au contraire cherchez-vous à les influencer dans leur manière de s’habiller? Quelles sont vos limites à leur expression personnelle?